MEDILOR   Médecins d'Intervention de Lorraine

 

ANALYSE D'UNE MISSION : 

LA COLOMBIE

Lundi 6 juin 1994 à 21 h: une dépêche AFP annonce un tremblement de terre d'intensité 6,5 avec épicentre au Névado Del Huila dans le sud-ouest de la Colombie, dans la Cordillère des Andes. Des glissements de terrain accompagnent le séisme. Évaluation: 253 morts, 500 disparus, 3000 sinistrés.

Mardi 7 juin : avec un membre de MEDILOR de nationalité chilienne, début des contacts avec le vice-consul de Colombie en France et la cellule d'urgence du Quai d'Orsay. Quelques informations sont recueillies sur la géographie et la population de la région, apparemment très isolée. La guérilla est présente. Pas de demande officielle de la Colombie.

A 12 h, le bureau de MEDILOR lance l'alerte. Des contacts sont engagés auprès des membres disponibles. Des pré-réservations sont prises sur différents avions pour 15 personnes et 1800 kg de matériel. A 18 h. 27 un contact téléphonique avec le gouverneur de la province de Huila nous annonce que nous sommes les premiers à proposer de l'aide. Il accepte et confirme par l'ambassade. Nous serons pris en charge par l'armée colombienne.

Mercredi 8 juin: Le départ est fixé au jeudi matin, vol de 10 h. 40 à partir de Paris. L'équipe conditionne matériel, cantines, médicaments, rations, eau etc. A 12 h. 38 la liste des 15 membres est arrêtée et transmise au consulat général de Colombie. L'équipe se prépare à quitter Metz à 3 h. du matin. L'accord officiel de l'ambassade intervenant à 18 h. 30, la confirmation auprès de la compagnie aérienne est impossible.

Sur demande expresse du ministre de l'action humanitaire, nous sommes contraints de réduire la mission à 12 personnes et d'emmener avec nous 4 membres de la Sécurité Civile française, que nous soutiendrons logistiquement. Le temps qu'ils se préparent, le départ est reporté.

Jeudi 9 juin: Le vol via Francfort du vendredi est confirmé.

Vendredi 10 juin: Départ de Metz à 3 h. du matin. Décollage à 7 h.30. Arrivée à Bogotá à minuit heure française, 17 h. heure locale. Des petits avions acheminent la mission à NIEVA, où elle passe sa première nuit.

Samedi 11 juin: Dans la matinée un hélicoptère de l'armée équatorienne dépose la mission à La Plata, où sera installé le camp de base. Nous sommes gardés par un bataillon de contre-guérilla. En fin de matinée le camp est opérationnel. Deux trinômes sont constitués. Ils sont héliportés dans 2 villages différents. Les difficultés propres à cette mission apparaissent. Il faut chaque fois trouver sur le terrain des personnes capables de traduire l'espagnol en indien Paez. Ce seront souvent les chefs de village. Il y a moins de problèmes de traumatologie que de problèmes de médecine générale. Notre mobilité est liée aux rotations d'hélicoptères, notre groupe sera en permanence éclaté. La guérilla est très active, nos activités sont suspendues la nuit et certaines zones nous sont interdites.

Dimanche 12 juin: Suite aux reconnaissances de la veille, 3 trinômes sont constitués dont l'un assurera le tri médical des personnes descendues des hautes vallées par les rotations de 7 hélicoptères. Un centre d'hébergement sera organisé dans le collège local. Les équipes volantes iront à la recherche des groupes de personnes isolées en altitude et après soins sur place, essaieront de les convaincre à rejoindre la vallée.

Lundi 13 juin: Poursuite des soins. Une équipe est bloquée la nuit dans un village de la région contrôlée par la guérilla suite à une avarie d'hélicoptère.

Mardi 14 juin: Plus de 5000 personnes ont été descendues de leurs villages et regroupées dans le centre. Un hélicoptère gros porteur américain Chinook écrase par son souffle notre camp à l'atterrissage. Réparation de fortune sous un orage tropical.

Mercredi 15 juin: Soins médicaux toute la journée.

Jeudi 16 juin: Idem

Vendredi 17 juin: Notre départ est programmé. Les médicaments sont répartis entre différentes oeuvres caritatives et 3 jeunes médecins colombiens qui nous promettent de poursuivre notre action. Le camp est démonté. Après des aléas liés aux conditions de vol difficiles pour des hélicoptères dans la Cordillère des Andes, un Chinook de l'US ARMY nous transporte à Niéva. Un DC 3 nous ramène à Bogotá où nous serons reçus et hébergés par l'ambassade de France et son personnel.

Samedi 18 juin: Conférence de presse à 10 h. avec les journalistes colombiens en présence de l'ambassadeur. Décollage à 16 h de Bogotá.

Dimanche 19 juin: Arrivée à 11 h. à Paris et rapatriement sur Metz du personnel et du matériel.

PATHOLOGIES RENCONTRÉES:

Pathologies traumatiques et infectieuses habituelles dans les séismes:

fractures, plaies, abcès etc.

Pathologies liées au déplacement des populations de 3400m à 1200m:

tympans rompus, stress, coups de chaleur etc.

Pathologies liées au regroupement en camp: parasitoses, troubles digestifs,

bronchites, infections, conjonctivites etc.